C’est mon choix

Pourquoi la mort

L’on me demande souvent pourquoi je m’intéresse tant au décès des gens. La réponse est simple. La date de la mort des personnalités est souvent connue. C’est même souvent la seule date qui nous est donnée par les biographes. De plus, la date de la mort est la date la plus importante de l’existence avec la date de naissance. L’âme s’incarne à la naissance et se désincarne à la mort. L’alpha et l’oméga de toute étude astrologique. L’entre deux ne sont que des évènements qui conduisent de l’un vers l’autre.
Je ne crois pas qu’il soit possible de déterminer la date de la mort dès la naissance, car la mort n’intervient que lorsque l’œuvre est achevée. Certains la réalisent rapidement, d’autres beaucoup plus lentement. D’autre part, les catastrophes naturelles et les guerres tuent beaucoup de gens avant que leur œuvre soit achevée. La mort de ceux-ci n’est guère prévisible dans les thèmes individuels. Et je ne parle pas des morts eschatologiques, genre déluges, qui n’appartiennent pas à la logique terrestre.
En revanche, hors catastrophes, il est possible, au regard des révolutions du Soleil et de la Lune, mais aussi des directions secondaires (1 jour = 1 an) ou symboliques (1 degré = 1 an), de trouver des périodes où le grand passage est possible, voir probable.
Ce sont ces périodes qui m’intéressent. Et c’est en recherchant au travers de nombreuses biographies que j’ai sélectionné des méthodes qui apparaissent plus efficaces que d’autres.

L’astrologie sidérale

Comme pratiquement tous les astrologues amateurs, j’ai commencé à étudier l’astrologie dans les livres dont tous les auteurs vantent l’astrologie tropicale, ou astrologie des saisons. J’ai donc fait comme tout le monde. J’ai pris connaissance ensuite qu’il existait une autre astrologie, beaucoup plus ancienne, fondée sur les constellations, et qui prenaient en compte le mouvement de toupie de la terre qui engendre ce que l’on nomme la précession des équinoxes. Les indiens du sous-continent indien pratiquent encore comme cela. J’ai donc appris l’astrologie indienne, puis je suis revenu à l’astrologie occidentale, donc tropicale, plus cartésienne, et puis j’ai décidé de tester l’astrologie occidentale en tenant compte de la précession des équinoxes, car je ne vois pas pourquoi les astrologues occidentaux feraient mine d’ignorer ce mouvement de la terre qui est du à l’ inclinaison de son orbite de 23°26. Et comme j’ai l’esprit pragmatique, j’ai pu vérifier que les maîtrises des maisons étaient beaucoup efficientes lorsque l’on décalait les angles d’environ 24°. Après, il a fallu choisir entre différents ayanamsas (différence en degrés entre le point vernal et le 0° Bélier sidéral). Je laisse les théoriciens s’affronter. Je ne suis pas armé pour leur répondre. Etant toujours pragmatique, j’ai choisi celui qui semblait donner les meilleurs résultats, calculé par le grand astrologue irlandais Cyril FAGAN, et qui est calculé par tous les bons logiciels d’astrologie et présenté sous le nom SVP point vernal sidéral.

Les aspects partiles
C’est ainsi que je privilégie, depuis de nombreuses années, les aspects partiles, c’est-à-dire le passage des angles, des planètes et des points fictifs, sur des degrés de même numéro d’ordre. Par exemple, si une planète se situe à 10° d’un signe, toute autre planète, point fictif ou angle qui transiteront le 10° de n’importe quel signe, pourra déclencher un évènement de la nature des acteurs transitants et transités.

La domification zodiacale
Toujours pragmatique, après avoir testé plusieurs domifications, notamment Porphyre, j’ai finalement été convaincu de l’excellence de la domification zodiacale. Sans affirmer qu’elle est la seule possible, elle fonctionne à merveille. Elle est valable quelle que soit le lieu géographique, à l’équateur comme aux pôles, ce qui n’est pas le cas des autres domifications. Elle supprime les signes interceptés et réduit le nombre de prétendants à la maîtrise des maisons. De plus, elle répond au principe de partilité évoqué plus haut puisque chaque cuspide partage le même degré que l’ascendant. Les cuspides de toutes les maisons sont donc en résonnance vibratoire avec l’ascendant.
Voici ce que donnerait le graphique d’un thème de naissance, pour une personne née le 1er janvier 2016 à un point du globe situé à 78N55, avec une domiciliation Placide.

Naissance Pôle Nord

L’on voit de suite l’absurdité du thème natal, avec une maison I qui s’étend de l’ascendant au Fond du Ciel ; une maison VII qui lui face allant du descendant au MC ; deux énormes maisons VI et XII s’étendant chacune sur 5 signes, et l’absence de maisons II, III, IV, V, VIII, IX, X, XI.
Voici le même thème en domification zodiacale

Naissance Pôle Nord 2

Nous avons bien 12 maisons. Le MC est complètement déconnecté de la maison X. Il ne doit jamais être pris en compte pour la détermination de la maison de la profession. La profession, c’est le 10ème signe à compter de l’ascendant. Le Milieu du Ciel, c’est l’antenne passive, le fatum, ce qui échappe à la volonté, à l’action du sujet.
J’espère vous avoir convaincu. Il est souvent utile de raisonner par l’absurde.

Les révolutions lunaires
Concernant les révolutions lunaires, je n’ai pas tranché définitivement. Mais, je me suis aperçu que les révolutions lunaires, à compter de la position de la Lune dans la révolution solaire, était plus efficace que celles calculées à partir de la Lune natale. La démarche est donc la suivante : à partir du thème natal l’on calcule la révolution solaire, à partir du thème de la révolution solaire l’on calcule la révolution lunaire, et, à partir de la révolution lunaire, l’on regarde les transits par progression du thème lunaire.

La Part de la Mort.

Il en existe plusieurs, mais celle qui se calcule comme suit ASC + SAT – LUN m’est apparue efficace. Je rappelle que, comme je pratique la domification zodiacale, la cuspide de la maison VIII est toujours à 150° de l’Ascendant. Il y a donc aussi une Part de Mort située à 150° de la première, et que l’on peut écrire comme suit : VIII + SAT – LUN. Et ça marche !
Comme Denis LABOURE l’a révélé, les parts astrologiques dites « arabes » fonctionnent très bien dans les révolutions solaires (j’ajoute dans les révolutions lunaires aussi) et moins bien dans les thèmes de naissance. A l’usage, il a raison.

Il était utile, je crois, de faire ces précisions pour comprendre ma démarche qui s’éloigne un peu des méthodes habituelles.

19 réflexions sur “C’est mon choix

  1. Bonjour,
    Les choix que l’on fait sont toujours discutables mais il est « courageux » de faire ses choix et de s’y tenir, il y a derrière tout cela une logique et l’expérience. L’essentiel au fond est de trouver sa propre voie dans les différentes techniques et j’avoue que débutant en astrologie hindoue et connaissant les profections en astrologie accidentale, la domification zodiacale me charme de plus en plus.
    Bravo pour ce blog.

    J'aime

    1. Oh, c’est un long parcours. J’ai d’abord lu et approuve le livre de Jacques DORSAN « retour au zodiaque des étoiles » dans les années 80. J’ai pratiqué alors en astrologie sidérale. Mais quand je dis pratiqué, c’était à mes moments de temps libre car j’avais une activité professionnelle très prenante, plus une vie familiale. Cela a été comme ça jusqu’à la cinquantaine et un peu plus où j’ai connu une période de chômage. J’ai alors étudié l’astrologie indienne (Denis LABOURE et surtout Jean DETHIER). Toutefois, je participais aussi, parallèlement, à un forum d’astrologie en tropical. Puis, par comparaison, par réflexion, par la raison, j’ai opté définitivement pour l’astrologie sidérale. J’ai décidé d’ouvrir un blog après la lecture de l’oeuvre magistrale de Patrice BOURRICHE en décembre 2015. L’idée me trottait dans la tête depuis plusieurs mois, mais il fallait faire le premier pas. Le but étant de faire connaître l’astrologie sidérale et montrer sa justesse et sa justification.

      J'aime

  2. Donc, on peut penser que c’était dans tes gênes et que tu devais suivre ce parcours, mais que ce n’est pas uniquement le chemin de la vérité, mais de ta vérité intérieure, car personne ne détient une vérité ultime. Et ta vérité je le vois par ton encadrement du noeud sud a Mars et la Lune , l’énergie psychique qui t’anime dans cette direction.
    Chaque être humain à un combat à mener dans cette vie …

    J'aime

    1. C’est très féminin de penser comme cela. Mais ce n’est pas mon avis. Une chose vraie ne peut être fausse. Il n’y a donc qu’une seule vérité mais différents chemins pour y parvenir. Nous sommes multiples mais un à la fois. La vérité ne peut donc être que dans le retour à l’unité primordiale.
      C’est la quête de chacun.
      Un combat, dis-tu ? oui, contre mes « démons » qui eux seuls peuvent empêcher d’accéder au vrai. La figure allégorique, c’est le labyrinthe, comme celui reproduit dans la cathédrale de Chartres. Nous sommes comme Thésée qui doit tuer le Minotaure, puis, à l’aide du fil d’Ariane, retrouver la voie de la sortie, de la libération. Cette voie est unique, mais nous sommes perdus dans les méandres du labyrinthe, dans le brouillard des illusions.

      J'aime

  3. C’est aussi féminin le fait de développer un argument pour prouver le contraire de ce qui peut être démontrez Astrologiquement ?
    L’expérience nous fait comprendre, que dans une étude astrologique , on peut autant mettre le meilleur de l’humanité que le plus médiocre de ce qu’il peut être visible dans une carte du ciel et je pense que c’est pareil pour se qui s’oppose entre le tropical et le sidéral, ce n’est qu’une perspective intellectuelle parmi tant d’autres. ..
    On peut aussi comparer le sidéral comme la partie face d’une pièce de monnaie et le tropical la partie pile, l’autre versant… Ou encore l’une yang, l’autre yin .. tropical/féminin, sideral/masculin … ect …

    J'aime

  4. J’ai remarqué que le premier message de ton blog 29 décembre 2015, sous une conjonction de Jupiter au Noeud nord (conscience tropicale) et le Noeud sud (conscience siderale) encadré par Uranus/Neptune et le maitre du Noeud nord Mercure fait le pont à l »axe des noeuds, très instructeur … En mode tropical évidemment, je n’ai pas regardé en mode sidéral …

    J'aime

    1. Maintenant, s’il y a des consciences tropicales et des consciences sidérales !!! Je jette l’éponge.

      Je ne crois pas du tout à l’astrologie karmique. Je ne sais pas qui a inventé cela. Le Malin, sans doute, pour nous égarer encore un peu plus.

      En revanche, je trouve très intéressante l’astrologie transgénérationnelle, car, effectivement, j’ai pu constater, dans ma famille, des coïncidences troublantes. Chez nous, ce sont des liens entre le Soleil, Mars et Saturne (pas des plus heureux). Mon épouse a une conjonction Mars/Saturne au sextile du Soleil. Ma fille, une conjonction Mars/Saturne au carré partile du Soleil. Mon fils, une conjonction Soleil/Mars au trigone partile de Saturne, etc… Le karma, c’est celui de notre lignée, et rien d’autre.

      J'aime

  5. Oui, et mon petit fils aîné a le même encadrement, mais inversé. Mon ascendant va de Saturne à Mars et le sien va de Mars à Saturne. Mon second petit fils a son ascendant allant d’Uranus à Saturne. Mon troisième petit fils a son ascendant allant de Saturne à Pluton. Toujours Saturne. Seule ma petite fille a un ascendant très différent, allant de Neptune à Jupiter. Elle tient de son père, une autre lignée.

    Je n’ai pas les coordonnées de ma grand-mère maternelle. Mais elle devait être aussi marquée par Mars et Saturne, vue qu’elle est morte dans les bombardements de 6 juin 44.

    J'aime

  6. J’ai remarqué que tu faisais référence dans ta pratique astrologique à patrice bouriche, savais-tu qu’il était né sous une opposition Lune/Neptune ? , et toi sous une conjonction et le pourquoi tu as adopté son état d’esprit sideraliste.
    Tu évoquaisais le féminin dans un précédent commentaire, Lune /Neptune est de composition féminine, contrairement au duo Mars/Saturne …

    J'aime

  7. Bah oui, il y a beaucoup de féminin en moi. J’assume.
    L’une des raisons qui m’ont fait basculer dans le sidéralisme, ce sont les périodes indiennes. J’ai vécu 5 périodes, dans l’ordre : Lune, Mars, NN, Jupiter, Saturne. La période Mars est celle où j’ai connu de nombreux accidents, notamment au visage (d’où des cicatrices encore bien visibles : Mars en maison I), une péritonite (Mars en Vierge). La période suivante fut celle du noeud nord, plutôt chaotique. Puis vint la période Jupiter. Tout ce qui fut heureux le fut pendant cette période, sur le plan personnel et professionnel. La période saturnienne qui a suivie fut très difficile : érosion professionnelle, chômage, grave maladie chez ma fille… Maintenant, je suis entré dans la période mercurienne (depuis janvier 2016). Période d’échanges, ouverture du blog…
    L’astrologie indienne est sidérale depuis toujours.

    Je ne connais pas les coordonnées de naissance de Patrice BOURRICHE.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s