Chute des marchés boursiers et l’Italie.

C’est la grande affaire du moment, même si les médias en parlent finalement assez peu.

Selon Bloomberg, le marché actions a chuté de 8 000 milliards de dollars en octobre 2018. Excusez du peu, mais quand l’on dit que les marchés ont chuté de 8 000 milliards de dollars, il faut comprendre que 8 000 milliards sont partis en fumée. Ce sont bien sûr des milliers de milliards qui avaient été créés ex nihilo par les banques centrales. Et si la FED décide de ne plus injecter de fausse-monnaie, les acteurs boursiers ne pourront plus racheter leurs actions pour refaire monter les bourses.

Cette chute est donc inexorable. Nous l’attendions depuis plusieurs mois. J’en ai parlé dans différents articles et commentaires, et je m’attendais à cette baisse bien plus tôt.

Ce n’est pas encore le krach, ni la Bérésina, mais la planche est bien savonnée.

Charles GAVE, un gestionnaire de patrimoine à la retraite, qui a une juste vision de l’économie, écrit ceci :

« Si vous balancez une grenade dans la mer, les petits poissons remonteront en premier, les thons et les mérous en second puis nous aurons les cachalots et les requins et enfin les grandes baleines bleues, tout à la fin.

J’ai déjà vu remonter des petits poissons du style des cryptomonnaies, quelques cachalots ont fait surface tels l’Argentine, l’Afrique du Sud ou la Turquie mais j’attends toujours ma baleine bleue… Dans chacune des grandes crises de liquidité que j’ai connu dans ma carrière, au début du mouvement, je me suis toujours hasardé à essayer d’identifier la baleine bleue à venir, avec un succès très, très mitigé cependant.

Je vais cependant m’y risquer à nouveau : à mon avis, cette fois ci, les candidats au rôle de baleine bleue sont la Deutsche Bank et le système bancaire italien. »

Nous y sommes. L’Italie est dans le collimateur des marchés. Un bras de fer s’est engagé entre la Commission de Bruxelles, par la voix du très incompétent , mais dangereux, MOSCOVICI et le gouvernement italien qui, pour l’instant, ne veut rien céder.

La suite, l’on peut aisément la deviner. Les agences de notation vont dégrader la note de l’Italie, ce qui va faire monter les taux d’intérêt des empreints, ce qui va alourdir le poids de la dette et pousser le gouvernement italien à faire défaut ou à quitter la zone euro. Dans les deux cas, cela risque de provoquer un cataclysme financier et des faillites en cascade.

Voici la Pleine Lune, vue de Rome, qui date du 24 octobre 2018.

Pl 2018 10 24 Rome

La configuration planétaire est identique à celle de nombreux pays européens. Sauf que, l’ascendant, pour l’Italie, entre est dans le signe du Bélier, signe de Mars, à la conjonction d’Eris en maison XII. La maison XII représente les choses cachées, et ERIS est la planète de la discorde, du ressentiment, de la vengeance. L’Italie est donc attaquée de l’extérieur, selon des actes non dits.

Voici le même thème en dc9

Pl 2018 10 24 Rome dc9

L’ascendant est toujours en Bélier. Mars, maître du Bélier est en chute. L’Italie a peu de possibilités de manœuvre. Mars en conjoint à Jupiter, maître de IX, en exaltation. La maison IX représente l’étranger. Jupiter est une planète d’argent. Il représente donc les marchés qui font pression sur le gouvernement. Le marché est plus fort. Le gouvernement sera obligé de négocier, et pas en position favorable. Cela est confirmé par le carré de la Lune Noire au Milieu du Ciel en maison VI, maison des contraintes.

Faisons progresser la Pleine Lune jusqu’au 30 octobre 2018

Pl 2018 10 24 Prog 2018 10 30 Rome

Pluton, le maître de VIII, est exactement sur le Milieu du Ciel. Que représente la maison VIII ? Les banques. Il y a donc une banque italienne qui est en grosse difficulté. L’on pense de suite à Unicredit qui regorge de bons d’état italiens. Jupiter est le maître de Pluton et se place en maison VIII, conjointement à Mercure, qui est maître de III. Cela, ce sont les mouvements de capitaux, que personne ne voit, mais qui annoncent un gros quelque chose.

Ce gros quelque chose pourrait venir le 3 novembre 2018.

Le thème progressé montre plusieurs conjonctions importantes. Le Soleil est en chute et se couche. Le Soleil représente la maison V, donc les spéculateurs. Laissent-ils tomber l’Italie ?

Pl 2018 10 24 prog 2018 11 03 Rome

Il y aussi une conjonction Mars/Lune Noire. Mars, maître de I en X, représente le gouvernement italien. La conjonction à la Lune Noire indique qu’il s’entête. Mars est toutefois exactement sur son point d’exaltation. Il est donc fort. Mais la conjonction à la Lune Noire veut dire que l’on cherche à le détruire, ou à l’empêcher de toute action.

Enfin, il y a la conjonction Vénus/Cérès. Vénus est maître de II et Cérès maître de VI. Cette conjonction indique le très peu de liberté de manœuvre du gouvernement italien sur ses finances. Cette conjonction est à l’opposition d’Uranus, dont on a vu qu’elle était la planète phare de la Pleine Lune. Cela veut dire que l’Italie va chercher à se libérer du carcan financier dans lequel elle est enfermée, à cause de son appartenance à la zone euro, et que les décideurs ne sont pas à Rome mais à Francfort.

Que va faire l’Italie, je n’en sais rien. Mais si une décision est prise, ne convenant pas à la Commission de Bruxelles, et donc au marché, la glissade du marché actions du moment, peut très vite se transformer en un meurtrier glissement de terrain, entraînant tout sur son passage.

Personnellement, je ne vois pas comment l’Italie pourrait s’en sortir, en relançant son économie à l’arrêt, sans sortir de la zone euro. Et c’est sans doute ce qu’elle sera contrainte à faire dans les mois à venir, sauf si l’euro venait à baisser fortement. La semaine qui s’annonce va être décisive.